Spoon – They Want My Soul

Bonjour a toi ami lecteur,

Parfois il fait bon d’écouter un bon album de rock bien efficace. C’est ce que nous propose Spoon avec leur album They Want My Soul.
Pour ceux qui ne les connaissent pas Spoon est un group Américain, originaire d’Austin (Texas), formé de Britt Daniel (voix, guitare), Jim Eno (percussions), Rob Pope (basse, guitare, clavier), Eric Harvey (clavier, guitare) et Alex Fischel (clavier, guitare). Le groupe existe depuis bien longtemps puisqu’il a été formé en 93. Cet album, They Want My Soul est donc le huitième du groupe (si on ignore les EP).

L’album démarre en fanfare avec le morceau Rent I Pay a la mélodie bien entêtante portée par une voix éraillée, signature du chanteur. L’album quant a lui oscille entre des morceaux blues come I Just Don’t understand, electro pop (Outlier), pop (New York Kiss) et bien sur rock (They Want My Soul). Mais si les sons varient les morceaux sont tous très bons et il semble que la pause du groupe pendant quatre ans a permis de nouvelles perspectives avec un son plus riche et plus travaillé, Spoon s’étant adjoint les services de quelques producteurs, ce qui n’était pas forcement le cas par le passé.

Bref, c’est du tout bon.
Enjoy

Tagué , ,

Clips de rentree

Bonjour a toi ami lecteur,

C’est la rentrée pour les grands comme pour les petits. Je sais, c’est pas facile, alors histoire de reprendre en douceur nous allons discuter de clips video avec plein d’images qui bougent, ce qui vous permettra de poser vos yeux vitreux sur l’écran avec un minimum d’effort. Je sais je suis trop bon…
Bref, commençons. Le premier clip est le dernier de Woodkid sur son album The Golden Age. Dernier dans la mesure ou il n’y en aura pas d’autre sur cet album. Et donc Woodkid nous a pondu un magnifique clip de 10 minutes pour sa chanson, The Golden Age. Si vous etes un connaisseur vous être en train de vous dire "mais comment est-ce possible la chanson ne fait pas 10 minutes?". Woodkid a en effet fait appel a Max Richter qui lui a donne son morceau Ambers et que Woodkid a mixé avec sa propre chanson. Le clip est magnifique, mélancolique, comme la chanson.

Les prochains clips sont 4 videos du groupe Alt-J qui sort a la fin du mois son nouvel album, This Is All Yours (j’en trépigne d’impatience).

La premiere video est celle de la chanson Hunger Of The Pine ou un homme tempte d’échapper a des flèches (ca finit mal)

Ensuite la video de Left Hand Free qui contient des jeunes, de l’eau, des chiens et des feux d’artifices (pas forcement dans cet ordre la)

Les deux prochaines videos sont des clips de la meme chanson: Every Other Freckle. Il y a une version homme et une version femme. Démarrez les deux clips en meme temps (en coupant le son de l’un des deux) pour voir les differences (spoiler: on y voit des gros plans sur des fesses, je sais c’est vendeur).

Ensuite je vous propose une video de Cold War Kids, All This Could Be Yours, extrait de leur prochain album, Hold My Home.

Enfin la dernière video n’est pas vraiment une video mais une piste audio de la chanson Alive, de Birdpen qui sort un album prochainement.

Voila de quoi se remettre en route avec des belles promesses d’albums a venir.

Enjoy.

Tagué , , , , , , , , , , , , ,

Ben (and Ellen) Harper – Childhood Home

Bonjour a toi ami lecteur,

Il y a quelques mois Ben Harper a sorti un album qui est passé inaperçu (meme par moi, c’est dire) et c’est fort dommage. La particularité de cet album est qu’il est également signé par Ellen Harper qui n’est autre que la mère de Ben Harper. Le titre de l’album, Childhood Home, prend tout son sens quand l’on sait que 6 des 10 chansons sont écrites par Ben et les 4 autres par sa mère, multi-instumentiste, qui encouragea son fils a se lancer dans la musique. L’album parle de la vie de famille sous tout ses aspects, les bons et les mauvais cotes.
Le titre qui ouvre l’album, A House Is A Home, annonce la couleur avec un titre Blues / Folk ou Ben et sa mère chantent a l’unison "a house is a home where the chores are never done / where you spend your whole life running to and from".
Tout au long de l’album le duo chante ensemble, la voix dominante changeant entre Ben et sa mère. Les melodies sont acoustiques, parfois Bue Grass parfois Blues, parfois Country et parfois un melange de ces genres, ce qui donne un album complètement coherent du debut a la fin avec un petit parfum de mélancolie devant le temps qui passe.

Enjoy

Tagué , , ,

Beck – Song Reader

Salut a toi ami lecteur,

Fin 2012, notre ami Beck avait publie un bouquin de partitions de musique comportant 20 chansons au doux nom de Song Reader. Ce qui est intéressant est que Beck n’avait jamais enregistre aucune de ces chansons, libre donc aux lecteurs de les jouer, ce qui est bien quand vous savez lire une partition et savez jouer d’un instrument mais est d’un intérêt limité si vous n’avez pas ces talents.
Et donc ce livre n’était resté qu’un recueil de pages jusqu’a très récemment. En effet, de nombreux artistes se sont mis au travail et ont joué tous ces morceaux, leur donnant ainsi vie. On ne parle pas non plus d’artistes inconnus puisque le disque comprend des interpretations de Fun, Norah Jones, Jack White, Jarvis Cocker et meme de Beck.
L’album, sobrement intitulé Beck Song Reader, comprend donc les 20 chansons publiées dans le recueil. Le résultat de toutes les contributions donne un album folk/blues et meme parfois un peu country et plutôt cohérent.
Je ne vais pas lister tous les morceaux mais il y en a certains qui ont retenu mon attention comme Please Leave A Light When You Go de Fun, le country I’m Down de Jack White ou encore Heaven’s Ladder de Beck. ou le très jouissif Do We? We Do de Loudon Wainwright III.

Bref, tout ca est une excellente surprise, que je ne saurais que vous conseiller.
Enjoy

Tagué , , ,

Angus and Julia Stone

Bonjour a toi ami lecteur,

Il y a peu est sorti le dernier album d’un duo que j’aime beaucoup, Angus and Julia Stone. L’album est sobrement intitulé Angus and Julia Stone. ils ne se sont pas trop foulés sur ce coup.
L’album est produit par le très barbu Rick Rubin, un des producteurs les plus fameux et prolifiques de ces vingt dernières années. Quand on sait que Rick Rubin a travaillé avec Slayer, Slipknot, Metallica, Black Sabbath, on peut légitimement se demander si produire un duo folk Australien est une bonne idée…
Bref, parlons donc de cet album. La premiere chose a dire est que les morceaux sont généralement plus électriques et plus "bruyants". La deuxième chose est que l’album n’a aucune coherence, on passe des morceaux pop (Heartbreak) a des ballades tranquilles (Wherever You Are) en passant par du quasi reggae (Grizzly Bear), bref c’est un joyeux bordel. La thématique de l’album, quant a elle, est très homogène la grande majorité des albums parlant de relations amoureuses.
Le disque a de très bons morceaux comme l’efficace HeartBreak ou encore le bluesy Death Defying Act mais globalement l’album est un peu maussade et manque d’âme.

Bref pour répondre a la question, non ce n’était pas une bonne idée de produire ce disque avec Rick Rubin. L’album nest pas mauvais mais au vu des productions passées du duo on était en droit d’attendre beaucoup plus. Je vous laisse vous forger votre propre avis en allant écouter le disque sur Spotify.

Tagué ,

Ludovico Einaudi

Bonjour a toi ami lecteur,

Je suppose vous êtes probablement en vacances en train de de vous prélasser a Palavas les Flots ou autre destination estivale, en train d’écouter de la musique de mauvais gout. Nul doute qu’une fausse competition est surement lancée pour savoir quelle chanson sera adoubée hit de l’ete 2014, de toute facon cela n’aura guère d’importance puisque ce sera une daube pseudo techno – dance music. Mais pas de ca ici, et donc nous allons prendre le contre courant en vous parlant d’un compositeur de musique classique, contemporain, dont les morceaux partagent une certaine similitude avec la musique de Yann Tiersen.
Ludovico Einaudi, puisque c’est de lui qu’il s’agit (le titre de l’article vous donnait un indice) est un compositeur Italien, ne en 1955, dont la plupart des morceaux donne la part belle au piano. Certains de ses morceaux figurent dans les bandes sons de film et je suis sur que vous avez deja écouté une de ses musiques comme le très beau morceau Fly qui ouvre le film Intouchables, ou encore Divenire qui est utilisée a tort et a travers dans de nombreuses videos a but inspirationnel (mais si, vous savez, les gens qui réussissent contre l’adversité bla bla bla).
Je vous laisse explorer la page Spotify de Ludovico Einaudi mais puisque je sais que c’est l’été et que vous ne voudrez pas faire trop d’effort je vous mets le lien vers l’album Divenire sur lequel figurent les deux morceaux mentionnés plus haut et dont je vous conseille l’écoute.

Enjoy

Tagué , ,

Low Roar – O

Bonjour a toi ami lecteur,

Aujourd’hui nous allons parler d’un album emprunt de délicatesse et de fragilité, O de Low Roar. Petite clarification le O est en fait le chiffre "0" pas la lettre – en fait l’album ne devait pas avoir de titre mais iTunes n’accepte pas d’album sans titre donc Low Roar a choisi de lui en donner un: "O".
O est le second album de Low Roar. J’avais d’ailleurs évoqué leur premier album ici.
Low Roar est le nom du projet de Ryan Karazija qui est parti de sa Californie natale pour s’installer en Islande ou il a composé, enregistré et produit ses deux albums. Certains artistes partent dans une cabane dans la foret, d’autres choisissent une solution plus radicale, comme changer de pays pour composer dans la tranquillité.
O, donc, s’inscrit dans la continuité du premier album avec des mélodies lentes et aériennes, portées par une instrumentation tout aussi éthérée. Mais l’album n’est pas pour autant dénué de réelles mélodies comme en témoignent les magnifiques chansons Easy Way Out et Nobody Loves Me Like You, deux morceaux subtilement catchy. Certains morceaux prennent des tournant presque épiques comme I’ll Keep Coming qui finit dans un enchevêtrement de sons. I’m Leaving rappelle très fortement Beach House dans les sonorités et la voix.

Cet album regorge de petits bijoux mais si les chansons sont réussies elles participent surtout a un ensemble cohérent que j’ai écouté en boucle toute la semaine et j’espère que cet album vous plaira autant qu’a moi.

Enjoy

Aller pour la route une petite video de la magnifique chanson Easy Way Out

Tagué , ,

Mark Daumail – Speed Of Light

Bonjour a toi ami lecteur,

Il y a un bon mois Mark Daumail a lance son premier album solo, Speed Of Light.
Si c’est son premier album solo, ce n’est pas son premier fait d’armes puisqu’il est l’une des moitiés du groupe Cocoon, dont j’avais longuement parlé ici.
Cocoon pour ceux qui ne connaissent pas (et je vous prie de corriger tout de suite ce manque de culture) est un duo qui a deja publié deux albums studio et un album Live. Le tout dans un style assez pop/folk qui laisse la part belle aux instruments acoustiques et aux voix des deux membres du duo.
Pour son album solo, Mark Daumail prends ses distances avec la folk pour se tourner vers un son un peu années 80: on y entend des synthés et des boites a rythme. Je ne vous cache pas que pour moi les années 80 sont des années perdues pour la musique (du moins en France) donc je peux comprendre votre appréhension. Mais n’ayez crainte, cet album est très bon, sinon je n’en parlerais pas.

Speed Of Light ouvre sur le très rythmique Monsters qui montre le ton en employant donc les synthés et les boites a rythmes, avec des paroles plutôt sombres (I’m a monster too). Le morceau suivant, Viper, continue dans la lignée avec ses refrains presque groovy. Si ses deux chansons vous feront peut être danser l’album comporte également des chansons plus lentes comme le bizarre Tom Cruise, le lent Seaside ou encore le sublime Remember.

Bref cet album varié est d’excellente qualité et la rupture opérée par Mark Daumail est une très bonne surprise et une réussite definitive.

Enjoy

Tagué , ,

Playlist de Juin

Bonjour a toi ami lecteur,

Alors que la saison estivale bat son plein, votre humble serviteur reste fidèle au poste pour vous fournir de la bonne musique et rester sain d’esprit face aux "hits de l’été" que chaines de television ou de radio vont tenter de pousser en toute impunité.
Et donc pour commencer je vous propose une petite playlist construite le mois de juin. Vous y trouverez un certain nombre de bonnes chansons dont le premier single du prochain album de Alt-J, Hunger of the Pine, morceau tout simplement genial. Egalement une nouvelle chanson de Cats On Trees, excellente.

En plus de cette playlist Spotify, quelques petites pépites trouvées sur le net, notamment une version "lente" de Crazy de Gnarl’s Barkley (découverte dans la bande annonce du film Birdman) et deux nouveaux morceaux de Angus And Julia Stone qui nous préparent un nouvel album

Enjoy

Tagué , , , , , ,

Lana Del Rey – Ultraviolence

Bonjour a toi ami lecteur,

Lana Del Rey vient de sortit un album au doux nom d’Ultraviolence. Je n’avais pas trop aime son premier album Born to Die qui était un peu n’importe quoi avec quelques tendances hip hop fort malheureuses. J’en avais parle dans cet article.
Pour ce second opus la chanteuse s’est adjoint les services de Dan Auerbach, des Black Keys, en tant que producteur. Notre pote Dan a vu une année 2014 plutôt charge avec le dernier album des Black Keys et les divers albums qu’il a produit, comme par exemple le dernier album de Ray Lamontagne. La patte de Dan Auerbach se fait sentir dans cet album qui bénéficie d’une orchestration riche et électrique avec des murs de son avec des guitares électriques, des distortions et des pédales wah.
Les themes de l’album sont sombres: on y parle d’amours brisés, de rêves détruits, de violences conjugales. La musique et la voix de Del Rey, évoque les années 60 aux US avec le rêve Américain porté en exergue, alors que tout le système est sur le point de s’écrouler. On pense aussi aux films noirs, aux road trips dans des grosses voitures américaines, enfin a une certaine nostalgie. Bref, Del Rey est nee 60 ans trop tard. Memes les clips video de Shades Of Cool ou de West Coast, restent dans cette thématique.

La grosse majorité de l’album est composée de ballades aux rythmes relativement lents ou Del Rey parfois chuchote parfois pousse un peu la voix. Il y a tout de meme certains morceaux un peu plus violents comme Shades of Cool ou Pretty When you Cry qui bénéficient de puissants solos de guitare. Mais l’album, a l’inverse du précédent, reste coherent et nous invite a une plongée nostalgique très agréable.

Tagué , , , ,
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 155 autres abonnés