Kopecky Family Band – Kids Raising Kids

Bonjour a toi ami lecteur,

Je suis tombé par hasard sur un album fort sympathique du groupe Américain Kopecky Family Band. Le groupe, originaire de Nashville, est formé de Kelsey Kopecky (voix, clavier et basse), Gabe Simon (voix, guitare et instruments a vent), Steven Holmes (guitare), David Krohn (percussions), Markus Midkiff (violon, guitare et clavier) et Corey Oxendine (basse, guitare, instruments a vent).
Un peu comme un groupe du genre d’Edward Sharpe on a affaire a un ensemble de musiciens nombreux et multi-instrumentistes. Il n’est donc pas étonnant que leur disque Kids Raising Kids (paru fin 2012, je sais c’est pas tout recent) rappelle un peu cette musique collégiale et joyeuse. D’ailleurs les deux fondateurs du groupe Gabe et Kelsey se partagent les paroles des fois l’un après d’autres fois en harmonie, a grands renforts de choeurs ici et la. Les melodies sont très "catchy" dans un style pop rock avec un grand nombre d’instruments se mélangeant dans des melodies multicolores.
Le theme central de l’album tourne autour des relations amoureuses que ce soit dans Heartbeat (You make my heart beat beat a beat) ou dans Are You Listening (Saw you making eyes with Me / Acted like I didn’t see).
Au milieu de ces chansons collégiales, on retrouve des ballades comme Change, soutenue uniquement par une guitare acoustique ou encore comme Waves, dans un tempo plus lent que le reste.
Bref, un tres bon disque bien de saison alors que printemps s’annonce enfin et que le soleil brille.

Enjoy

Tagué , ,

Fauve – Vieux Freres – Partie 1

Bonjour a toi ami lecteur,

La première fois que j’ai écouté Vieux Freres – Partie 1, l’album du groupe Fauve, je me suis dit "Ouais bof, je sais pas trop, le rap c’est pas mon truc". Puis j’ai tendu un peu plus l’oreille et j’ai commence a apprécier la partie instrumentale de très bonne qualité, enfin je me suis mis a prêter attention aux paroles qui sont également de tres bonne facture.
Bref, j’ai passé la semaine a ecouter Fauve.
A la première écoute, il est possible d’etre rebuté par le style du groupe (a savoir le Spoken Word, d’apres le groupe) ou les paroles sont prononcées plus que chantées. Mais si on fait un tout petit effort, on rentre dedans très rapidement. Je sais, je sais, vous allez me dire que je vous dis ca a chaque fois, qu’il faut faire un petit effort mais que voulez vous, on n’est pas sur NRJ, la musique est de qualité et demande un peu d’investissement de mes lecteurs. Mais je m’égare, revenons a nos moutons. Fauve, donc, est un collectif dont le coeur est formé de quatre musiciens (chanteur, guitariste, bassiste et batteur) et d’un vidéaste qui s’occupe des images. Les membres du groupe sont assez peu loquaces et parlents tres peu de leurs origines, ce qui laisse une légère impression de mystere.
Mais si le groupe est (un peu) mysterieux, les paroles ne le sont pas: elles sont d’une franchise brutale, non romancées, presque sorties d’un journal intime. On y parle de solitude, de déprime  mais tout n’est pas sombre pour autant, il s’y dégage une certaine fureur de vivre. De la déprime a l’amour dans Infirmière, des "ratés modernes" qui se battent et survivent dans De Ceux Le refrain de Loterie resume bien cette urgence de vivre: "Et j’aurais fait tout ce que j’peux faire / Tenté tout ce qu’il y a a tenter / Et surtout j’aurais aimé".
La musique, elle, est très entêtante, prenante, construite comme un arrangement de rock avec des guitares, basses qui se complémentent, soutenues par une batterie qui ressemble fortement a une boite a rythme. Par exemple, Tunnel, est un morceau qui vaut le coups rien que pour la partie instrumentale.

Bref, allez y jeter une oreille. Vu que le groupe n’est pas sur Spotify, je vous ai mis quelques liens Youtube mais je vous encourage a explorer au dela de ces quelques morceaux choisis.

Enjoy

Tagué , , ,

Sun Kil Moon – Benji

Bonjour a toi ami lecteur,

Je vous préviens d’avance, l’album dont je vais parler n’est pas pour les dépressifs. En effet, l’album de Sun Kil Moon, Benji est extrêmement sombre puisque toutes les chansons parlent de gens qui meurent, certaines histoires étant tirées de la vie du chanteur, Mark Kozelek
D’un point de vue instrumental, l’album est d’une simplicité presque brutale: une guitare acoustique et la voix du chanteur. Seules deux des onze chansons se voient agrémentées d’une batterie. Le tempo est lent, et la guitare acoustique est au second plan, accompagnant subtilement et discrètement des paroles presque murmurées: pas d’envolées lyriques. Ce qui pourrait paraitre fastidieux est un petit travail d’orfèvres, presque de la poésie.
L’album ouvre sur la chanson Carissa qui parle d’une cousine de Kozelek qui tombe enceinte a 15 ans, qui élève deux enfants et meurt a 35 ans. La chanson Truck Driver ouvre sur les paroles "My uncle died in a fire on his birthday". Pray for Newtown évoque les différents massacres a l’arme a feu aux US, le plus terrible étant celui de Newtown. Bref, ca parle de trucs assez terribles…
Au milieu de tout ca, trône la chanson Dogs qui retrace le parcours amoureux de Kozelek. Peut être pour nous rappeler que si la mort est le sort qui nous est tous réservé, il reste la vie, les amours paternels ou maternels (comme dans la chanson I Can’t Live Without My Mother’s Love ou encore I Love My Dad) ou les amours décris dans la chanson Dogs. Le disque s’écoute et se ré-écoute pour en comprendre les subtilités et plus encore pour en discerner le petit coté positif.

Enjoy

Tagué ,

Elbow – The Take Off and Landing of Everything

Bonjour a toi ami lecteur,

Alors que je parcourais le net a la recherche de musique pour pondre mon article hebdomadaire, je tombai sur un single du groupe Elbow et quelle ne fut pas ma stupeur en decouvrant que le groupe avait publié un album tout récemment et ce, dans l’indifference générale: je me devais donc de rectifier cette injustice.
Cet album porte le doux nom de The Take Off and Landing of Everything, ce qui est plutot d’actualité avec des avions qui décollent mais n’atterrissent nulle part…
Pour ceux qui ne connaissent pas ce groupe, il s’agit d’un groupe Anglais constitué de Guy Garvey (voix, guitare), Richard Jupp (batterie, percussions), Craig Potter (clavier), Mark Potter (guitare) et de Pete Turner (basse). Elbow est un groupe qui mérite d’être plus connu qu’il ne l’est, et est a l’origine de tres bons albums comme The Seldom Seen Kid.
The Take Off and Landing of Everything porte definitivement la marque du groupe mais dans un style plus lent et contemplatif, presque intime. Malgre ce registre qui peut paraitre des fois vaporeux chez certains groupes, Elbow arrive a creer de magnifiques melodies, qui vont rester dans votre tete.
Je ne vais pas faire durer le suspense, cet album est sublime. Il ouvre avec une longue chanson de plus de 7 minutes, This Blue World, ballade très sobre d’un point de vue instrumental qui met en avant la voix plaintive du chanteur et donne un avant gout du style general de l’album. Ce style est complètement assumé des le second morceau, Charge, qui renforce ce style épuré, loin des productions commerciales qui passent sur les ondes; les paroles sont d’ailleurs assez claires sur le sujet: "And glory be these fuckers are ignoring me / I’m from another Century".
Le troisième morceau, Fly Boy Blue / Lunette, est le plus catchy de tous avec une instrumentation et une mélodie plus folk.
Il y a d’autres bonne surprises comme My Sad Captains qui utilise des choeurs et des instruments a vent. Le theme est d’ailleurs un des sujets de l’album: le temps qui passe, le fait de vieillir, de prendre conscience de sa propre mortalité.
Si les chansons individuelles sont excellentes, la force de cet album est qu’il forme un ensemble homogène et coherent qui s’apprécie en entier et je ne saurais que vous conseiller de l’écouter dans son intégralité en prenant le temps de savourer la musique.

Enjoy

En bonus, une petite video du groupe sur la chanson Fly Boy Blue / Lunette:

Tagué ,

Playlist de Mars

Bonjour a toi ami lecteur,

Je vous propose aujourd’hui une petite playlist, sobrement intitulée "Playlist de Mars", non pas par-ce-qu’elle vient d’une planète lointaine mais par ce que nous sommes en Mars (les choses sont tout de meme bien faites).
Une partie de ma playlist est inspirée de celle de KCRW "10 tracks from bands about to blow up in 2014". KCRW est une radio de Los Angeles qui a généralement du flair pour repérer les groupes qui vont faire parler d’eux.
J’ai rajouté quelques trouvailles glanées ici ou la. Parmi ces différents morceaux, le dernier single de Coldplay, Magic, dont je ne sais pas trop quoi penser. Leur album sort en Mai, on verra bien.

En cadeau bonus, je vous propose un petit concert d’Edward Sharpe and the Magnetic Zeroes. Deja, par-ce-que j’aime bien ce groupe mais surtout pour se rappeler que la musique est un acte créatif joyeux, ce que l’on a tendance a oublier dans ce monde sobrement mercantile et que ca me réjouit de voir un groupe de gens faire de la musique juste pour le plaisir.

Enjoy

Tagué ,

Beck – Morning Phase

Bonjour a toi ami lecteur,

En general, quand Beck sort un album on ne sait jamais a quoi s’attendre, on se retrouve un peu comme Forrest Gump devant une boite de chocolat. Cependant cet album était assez attendu puisque Beck n’avait pas sorti de disque depuis 2008 a cause d’une blessure au dos tellement sévère qu’il ne pouvait meme plus prendre sa guitare.
C’est donc avec un melange de crainte et d’excitation que j’ai écouté le dernier album de Beck: Morning Phase.
Le disque, donc, commence par un court morceau instrumental, Cycle, qui pourrait figurer sur un documentaire animalier (mais si, vous savez, avec des images d’oiseaux majestueux qui s’envolent, filmés au ralenti): mélodie planante, sereine, a base de violons.
Ce morceau donne le ton de l’album: nous sommes sur un registre planant, presque méditatif et il est tentant de ranger le disque quelque part ou de caler sa table de salon avec, a la premiere écoute. En effet, la plupart des morceaux sont très simples, principalement a base de guitare acoustique, de percussions très légères et de voix simple et aérienne. Mais si on fait un tout petit effort, des mélodies émergent et on se prend a apprécier les chansons. Au milieu de morceaux planants comme Morning Phase ou Wave, se trouvent des chansons magnifiques, presque entrainante comme Say Goodbye, Don’t Let It Go ou encore Blackbird Chain.
Le ton de l’album est relativement positif: les dernières paroles du dernier morceau sont d’ailleurs "When the morning comes to meet you / Open your eyes with waking light". Cette allusion a la lumière est une invitation a écouter cet album, au soleil, sur une chaise longue au dans un hamac balançant entre deux arbres. La fin de l’hiver arrive et cet album devrait vous aider a patienter en vous offrant un petit rayon de soleil.

Enjoy

Tagué ,

Hollow and Akimbo

Bonjour a toi ami lecteur,

Debut Février, un petit groupe pas connu a publié son premier album. Ce groupe c’est Hollow and Akimbo et l’album est… Hollow and Akimbo, ils ne se sont pas trop foulés sur ce coup. Cet album est le fruit de la collaboration de deux artistes originaires du Michigan, Jonathan Visger et Brian Konicek auxquels s’est joint le batteur Michael Higgins. Bon la je ne vous cache pas que je fais dans la musique indépendante pseudo obscure puisque les musiciens sont sur le label indépendant du Michigan, Quite Scientific.
Le style du groupe est une sorte de fusion électro et rock qui mêle les guitares aux synthés, le tout dans un style assez énergique, ce qui est plutôt réjouissant en cette période hivernale particulièrement brutale (en tout cas pour la cote Est Américaine). Les morceaux ont toujours une tension entre une construction rythmique classique et un style parfois éthéral, déconstruit.
La meilleure illustration de ce style est le "single"de l’album, Singularity. Le morceau commence comme une chanson rock classique pour être complètement submergé par des guitares en reverb et des synthés a la fin. Ce style pourra peut être rebuter certains d’entre vous a la premiere écoute mais ceux d’entre vous qui persisteront seront récompensés en découvrant l’étonnante richesse de cet album: riche en effets sonores mais aussi en paroles avec des themes allant des relations vouées a l’échec (Trunk of a Dead Tree) a la joie de sentir le soleil sur son visage (Still Life).
Mais rassurez vous, certains morceaux rentrent dans des schemas de rock plus classiques notamment comme l’excellent morceau Molecule, au riff de guitare contagieux ou encore Did You Lie avec son rythme bluesy et ils seront une bonne façon de rentrer dans l’album.

En cadeau bonus, une petite video du groupe jouant Solar Plexus, extrait de leur EP Pseudoscience, je sais, je suis trop bon.

Enjoy

Tagué , , , , ,

Daughter – If You Leave

Bonjour a toi ami lecteur,

Je ne vous le cache pas, l’heure est grave. L’actualité musicale est très faible, a tel point que la musique de Frozen (dessin animé de Disney) s’est hissée a la premiere place des ventes aux US, surement un signe avant-coureur de la fin du monde.
Mais vous, fidèles lecteurs de ce blog, avez de la chance car votre dévoué serviteur ne baisse pas les bras et part a la recherche d’albums pas forcément tout récents mais passés inaperçus malgré une qualité indéniable. C’est donc le cas cette semaine avec un album qui a un peu moins d’un an: If you Leave de Daughter.
Daughter est un groupe Anglais fondé par Elena Tonra, a laquelle se sont rajoutés le guitariste Igor Haefeli (Suisse) et le batteur Remi Aguilella (France). Bon du coup c’est plutôt un groupe basé en Angleterre dont les musiciens sont de diverses origines mais je m’égare… Le style du groupe est assez contemplatif, minimaliste et atmosphérique avec la plupart des chansons très peu instrumentales, principalement portées par la voix de la chanteuse. La moitié des morceaux comme par exemple Winter, Youth, Lifeforms ou encore Tomorrow finissent avec un fond sonore beaucoup plus riche presque cacophonique avec guitares saturées et synthés qui concluent une montée en puissance progressive.
Ne cherchez pas de single ou de hit en puissance, les morceaux sont quelques peu déstructurés, un peu comme ceux du groupe The XX. Pour apprécier le groupe il faut donc en écouter le disque au calme et en prenant son temps.
Les thèmes sont assez communs dans la mesure ou ils parlent d’absence, de vide, d’amours décus, je ne vous cache pas que tout ca n’est pas très joyeux et il se dégage une certaine mélancolie de ce disque, en accord avec les melodies. Je vous laisse vous faire votre propre avis en écoutant le disque.

En bonus, je vous mets une courte session du groupe dans les locaux de la radio NPR:

Enjoy

Tagué , ,

Broken Bells – After the Disco

Bonjour a toi ami lecteur,

Lecteurs avisés que vous êtes, vous vous doutez que je vais parler du dernier album de Broken Bells (le titre de ce post vous donnait, certes, un indice), et vous avez raison. Pour rappel, j’avais deja parlé du groupe formé de l’association de Danger Mouse et du chanteur de The Shins, James Mercer ici. Leur premier album était un très bon album dans la tradition "pop rock" avec principalement des ballades très bien écrites.
Cet album, After the Disco, rompt quelque peu avec le précédent opus. Le changement est evident des le premier morceau, Perfect World, qui fait appel a des synthés qui sentent bons les années 80, le tout sur une batterie qui pourrait presque être une boite a rythme. Le theme est assez mélancolique avec des paroles plutôt cyniques comme "I thought love would always find a way / But I know better now".
After the Disco pourrait être les pensées de quelqu’un qui se reveille le matin, le lendemain d’une disco night, une fois que les paillettes sont retombées et que la lumière s’est rallumée. Ceci est encore plus evident des le second morceau, After the Disco: "But after the disco all of the shine just faded away". Cette chanson est pour le coups très disco dans son rythme et sa musique.
Vient ensuite le "single" de l’album, Holding on for Life, la encore avec des influences disco qui mettent en avant la voix de James Mercier qui monte dans les aigus façon Bee Gees. Les paroles sont sujettes a interpretation mais le theme tourne autour de la solitude: "What a lovely day to be lonely"
La tres jolie chanson Leave it Alone rompt avec le debut de l’album, portée au debut par une simple guitare acoustique. Si  la rupture est musicale, le theme lui reste dans la meme veine que celui du debut de l’album. Il y a d’autres ballades dans cet album, comme The Angel and the Fool, lente et atmosphérique.
Musicalement cet album va un peu partout, de la disco aux ballades en passant par des chansons plus traditionnelles comme Medicine mais le theme est, lui, homogène, tournant autour de la solitude et de la mélancolie. Quand Broken Bells ont annonce qu’ils travaillaient sur un nouvel album je ne m’attendais pas forcement a un disque de ce type mais s’il est different de leur premier il n’en est pas moins bon. En cadeau bonus, je vos mets une petite video live du morceau Holding on for Life.

Enjoy

Tagué , , , ,

Deux ans

Bonjour a toi ami lecteur,

Je me suis levé ce matin et ai reçu un petit mail de WordPress me signalant que ce blog avait deja deux ans. Le premier mois d’existence de ce blog a vu la visite de 22 personnes alors que le mois dernier en a vu pas loin de deux mille. Certes nous sommes loin des chiffres des sites web les plus populaires mais ces résultats sont très encourageant, ce qui me pousse a remercier toutes les personnes qui rendent visite a ce site.
En deux ans ce blog a publié 89 articles (en comptant celui-ci), soit pas loin d’un par semaine, rythme que je m’efforce de tenir pour vous tenir a jour de l’actualité musicale, meme s’il m’arrive parfois de mettre quelques articles plus éditoriaux ou éducationnels. Je vous ai fait découvert des artistes alors obscurs comme Woodkid ou Imagine Dragons (qui ont d’ailleurs gagne un Grammy le weekend dernier) et qui sont sur le devant de la scene aujourd’hui et j’espère continuer a le faire. L’actualité musicale qui était en hibernation reprend tout doucement avec par exemple la sortie d’un album des Broken Bells le 3 Février, album dont je vous parlerai la semaine. prochaine.

Bref, assez parlé et passons aux choses sérieuses: Archive a publié sur Youtube un court film de 7 minutes, A summer with Us, sur leurs concerts de cet été. Allez y jeter un oeil et une oreille, ca vaut le coup

Bon, allez, comme cadeau bonus je vous mets la réaction de Taylor Swift qui croit avoir gagné un Grammy pendant une seconde avant de déchanter (son album s’appelle Red et c’est Daft Punk qui a gagné avec Random Access Memory, ca commence presque pareil). C’est méchant mais je n’arrive pas a supporter Taylor Swift, ni elle, ni sa musique.

Enjoy.

Tagué , , ,
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 151 followers