De la resonance des ames

Bonjour a toi ami lecteur

Aujourd’hui je vais vous parler d’un fléau qui accable notre société: le mauvais gout. Non pas du mauvais gout vestimentaire ou du mauvais gout canin mais d’un crime bien pire: le mauvais gout musical.
Afin d’illustrer mon propos permettez moi de vous narrer une petite anecdote:

Je revenais recemment d’un voyage dans la contree au froid polaire, peuplee de gens a l’accent bizarre, le Canada. Voyage entrepris en voiture (ou en « char » d’apres le patois local) avec une des personnes de mon equipe.
Alors que je passais sur l’autoradio l’excellent album des Pink Floyds Wish You Were Here, mon conducteur emit un grognement et se mit a se plaindre que deja il etait bien sympa de conduire et qu’il aimerait bien passer de la musique qui n’endort pas. Hesitant entre le licensier sur le champs pour faute grave et l’ejecter de la voiture, je repensai a mes bonnes resolutions de ce debut d’annee: rester calme et courtois. Dans un elan de bonte, donc, je le laissai brancher son iPhone et mettre sa musique. L’autoradio se mit alors a vomir une chanson infame d’un certain Pitbull.

Pitbull c’est ça. Pitbull c’est moche. C’est la fureur sur les pistes de danse des clubs branches de NY parait il. Moi les clubs branches, je n’y vais pas. En effet payer $100 l’entrée pour se faire agresser par de la house – beat – techno entoure de trépanés qui dansent en faisant de grand gestes, éclaboussant leur entourage de bière (oui pour bouger le bras frénétiquement alors qu’on a un verre dans la main il faut être sacrement con), très peu pour moi. Pour un tiers du prix on peut se payer une place de concert pour aller voir les Black Keys par exemple. D’ailleurs la derniere fois qu’on m’a force a aller dans un club, la soiree s’est terminee prematurement apres une remarque de ma part comparant le  salaire horaire du videur et le prix de mes chaussures, ce que ce dernier a moyennement apprecie (ha, la jalousie humaine).

Pitbull: regard loitain, un sourcil plus haut que l'autre, chemise ouverte, costume blanc... La parfaite panoplie du blaireau de base

Mais je digresse, revenons a nos moutons et aux gouts musicaux contestables de mon conducteur.  L’ agression auditive du rappeur au nom canin me fit perdre mon sang froid. Dans un geste fluide je debranchai l’iPhone, ouvris la portiere, ejectai le conducteur (et mes bonnes resolution) d’un coup de pieds lateral et pris le controle du volant en hurlant « you are fucking fired! ».

Remettant l’album des Pink Floyds et inspirant une grande bouffee d’air, je me surpris a partir dans une reflexion philosophique sur les raisons pour lesquelles certains  personnages raffines tels que moi aiment la bonne musique et pourquoi d’autres aiment ecouter de la daube.

Cette réflexion m’amena a me remémorer mes cours de physique du lycee sur la resonance (oui avec un seul « n ». Si tu en mets 2 tu te fais eclater par un prof de physique tatillon sur l’othographe). Selon wikipedia:

La résonance est un phénomène selon lequel certains systèmes physiques (électriques, mécaniques…) sont sensibles à certaines fréquences. Un système résonant peut accumuler une énergie, si celle-ci est appliquée sous forme périodique, et proche d’une fréquence dite « fréquence de résonance » ou « fréquence naturelle » ou fréquence propre. Soumis à une telle excitation, le système va être le siège d’oscillations de plus en plus importantes, jusqu’à atteindre un régime d’équilibre qui dépend des éléments dissipatifs du système, ou bien jusqu’à une rupture d’un composant du système.

Il semble donc que certains individus soient sensibles a certaines fréquences spécifiques (fréquence propre), autrement dit a certaines musiques car la musique n’est elle pas une succession de sons de différentes fréquences?
Le système soumis a sa fréquence propre est d’ailleurs le siege d’oscillations, ce qui n’est pas sans rappeler  le fameux headbanging des metalleux qui manifestent leur joie en se secouant la tete frenetiquement, methode efficace pour se secher leur epaisse chevelure et beaucoup plus ecologique que le seche-cheveux.
Ainsi, chacun a un parcours musical, fait de découvertes, de rencontres, d’émotions qui contribuent a construire sa propre identité musicale.
Je n’ose pas imaginer quels traumatismes a conduit certaines personnes a ecouter Pitbull. Et que dire des fans de Lady Gaga? Et quelle attitude adopter vis a vis de ces brebis egarees? Devons nous les plaindre ou simplement les denigrer? Je vous laisse deviner ma position sur le sujet.

——————–

Pris de remord (et n’ayant pas envie d’expliquer aux ressources humaines les circonstances dans lesquelles j’ai perdu un employe. On n’est pas dans l’armée, on n’a pas le droit aux 5% de pertes), je fis demi-tour pour récupérer mon collègue.
Alors qu’il me regardait les yeux embues de larmes par mon geste de bonté je le regardai de haut en déclarant:
« OK, bon t’es pas vire et tu peux monter dans la voiture. Pas un mot de ça aux ressources humaines sinon je dis a tout le bureau que tu es allé voir le concert de Britney Spears. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :